Une croissance sans industrialisation ?

Je partage avec vous un très bon article de Dani Rodrik, un économiste que j’apprécie beaucoup.. Ce papier illustre aussi à quel point la réalité va parfois plus vite que les prévisions des économistes. Nous devons donc faire preuve d’agilité et de flexibilité dans notre approche des politiques d’industrialisation.

CAMBRIDGE – Malgré les bas prix mondiaux des matières premières dont elles ont tendance à dépendre, bon nombre des économies les plus pauvres du monde s’en sortent bien. La croissance économique de l’Afrique subsaharienne a ralenti de façon marquée depuis 2015, mais cela reflète des problèmes spécifiques dans trois de ses plus grandes économies (Nigeria, Angola et Afrique du Sud). L’Éthiopie, la Côte d’Ivoire, la Tanzanie, le Sénégal, le Burkina Faso et le Rwanda prévoient d’atteindre une croissance de 6 % ou plus cette année. En Asie, la même tendance se confirme pour l’Inde, le Myanmar, le Bangladesh, le Laos, le Cambodge et le Vietnam.

Tout cela est plutôt réjouissant, mais tout aussi étonnant. Les économies en développement qui parviennent à croître rapidement sur une base durable, sans compter sur les booms des ressources naturelles (comme la plupart de ces pays durant une décennie ou plus), y parviennent en général grâce à une industrialisation orientée vers les exportations. Mais parmi ces pays, rares sont ceux qui connaissent une forte industrialisation. La part du secteur industriel dans les pays de l’Afrique subsaharienne à faibles revenus est globalement stable, voire en baisse dans certains cas. Et en dépit d’un important battage autour de « Make in India », l’une des rengaines du Premier ministre Narendra Modi, le pays fournit peu d’indices d’une industrialisation rapide.

Article complet ici

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *