Plaidoyer pour un index adapté aux réalités des économies africaines

Une révolution silencieuse est à l’œuvre dans le monde très technique de l’analyse du développement. Son arme est l’analyse statistique, mais ses effets ont vocation à ébranler la manière dont est pensée la trajectoire des économies dites émergentes. Cette offensive, menée entre autres par la Chine, qui a exprimé la nécessité pour les économies non occidentales de se doter de leurs propres instruments de mesure du risque, ouvre une brèche dans la traditionnelle doxa des institutions multilatérales.

Pour la Chine, il s’agit d’évaluer les risques liés à une économie en expansion rapide selon des critères adaptés à sa structure économique et politique spécifique. Ce faisant, elle initie un mouvement de fond auquel ne sont pas indifférentes d’autres économies émergentes, dont les capacités de financement extérieures sont largement affectées par des évaluations parfois trop rigides et par là approximatives. Le Chili notamment, déplore la frilosité des bailleurs internationaux face aux réelles opportunités offertes par son économie.

Dans ce mouvement de fond, les pays africains ont eux aussi une voix à faire entendre. D’ajustement structurel en plan de redressement économique aux résultats mitigés, la question se pose en effet : les indices employés par les institutions multilatérales sont-ils adaptés au pilotage des économies émergentes du continent et aux dynamiques sociales qui voient l’émergence d’acteurs non étatiques imprimant leurs propres stratégies de transformation ?

En effet, les paramètres macro-économiques purement quantitatifs ont leurs limites. La croissance du PIB ne dit rien de sa répartition et donc des effets d’entraînement sur l’économie. De même, une simple mesure de la dette ne permet pas de distinguer ses usages, parfois économiquement non rentables, mais socialement indispensables. Une croissance plus faible mais mieux répartie, réinvestie dans des projets structurants, et des investissements dans un secteur public qui relaie efficacement l’action de l’État, ne sont pas incompatibles avec des économies puissantes : ainsi le montre l’exemple du Japon et des pays scandinaves dans le premier cas, de la Chine dans le second.

Il s’agit donc de mieux prendre en compte les nécessités réelles des économies africaines, afin de les piloter avec efficacité. Développer un index de l’émergence en Afrique, c’est aller au-delà des aspects strictement quantitatifs, et prendre en compte un environnement qualitatif et néanmoins mesurable. Outre l’économie, ce sont les champs de la politique, du développement humain et de la société qu’il convient de convoquer. Et malgré l’absence de certains jeux de données, l’appareil statistique est amené à s’enrichir dès que sont fixés les indicateurs les plus pertinents.

À titre d’exemple, la prise en compte de l’indice d’éducation, de l’émigration des personnes qualifiées, du taux de participation des femmes à la population active, de la part du PIB consacrée aux dépenses de santé, et de l’indice d’inégalité, sont autant de marqueurs qualitatifs indiquant la transformation structurelle d’une économie donnée. Il s’agit en effet de mesurer le bien-être d’une nation, ce qu’ont échoué à faire depuis des décennies les index focalisés exclusivement sur des marqueurs trop abstraits du terrain. L’index de l’émergence en Afrique a pour ambition de proposer une vision aussi proche que possible de la réalité vécue par des millions d’Africains, afin de guider au mieux les dynamiques de transformation qui forgeront les économies africaines de demain.

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *