Le spectre de la recolonisation

Parmi les défis auxquels l’Afrique fait face, il en est un qui les résume tous et qui fait écho aux heures tragiques de son histoire : la possible recolonisation du continent  et la hantise que, par des voies détournées, les acteurs étrangers s’accaparent les actifs et la croissance du continent.

Cette crainte est multiforme : peur de ne pas être au niveau, crainte que ce ne soit la dernière chance, le dernier moment pour arrêter l’hémorragie. C’est une peur plus ou moins rationnelle, justifiée, qui traduit une crise de confiance, par rapport aussi aux recettes traditionnelles de développement qui paraissent inadaptées.

Cette peur est dangereuse car elle peut mener à un repli sur soi. Nous avons vu récemment qu’un certain nombre de pays africains menacent de quitter la Cour Pénale Internationale. La CPI a été fondée sur l’idée que les nations doivent travailler en harmonie et avec l’objectif de traduire en justice les auteurs des pires atrocités. Mais la perception que la CPI cible l’Afrique, au moment où le continent affirme son indépendance politique et économique, n’a pas été bien accueillie. La méfiance s’installe, par exemple du côté de l’Ouganda avec le cas de Dominic Ongwen, un chef rebelle ougandais enlevé quand il était enfant. La CPI subit une crise existentielle et le résultat de cette affaire constituera un précédent important pour la justice pénale internationale et déterminera l’allégeance des pays africains.

La question de la recolonisation provient également de la présence des États-Unis, de la Chine, de l’Inde, de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne, du Japon sur le continent, des pays puissants qui ont tous des enjeux importants et de plus en plus concurrentiels sur notre continent. La Chine, en particulier, a une forte présence en Afrique, avec un million de ressortissants et une présence économique en plein essor. Les investissements en capital chinois en Afrique, jusqu’en juillet 2016, ont augmenté de 515% par rapport aux chiffres de l’année 2015 avec plus de 14 milliards de dollars investis en Afrique par des entreprises chinoises. La Chine acquiert les matières premières telles que l’huile, le fer, le cuivre et le zinc, qu’il lui faut impérativement pour alimenter sa propre économie et, en contre partie, elle construit et améliore les infrastructures telles que les routes, les chemins de fer et les systèmes de télécommunications qui sont nécessaires au secteur manufacturier africain. Cela ne peut être une situation gagnant-gagnant que si les gouvernements africains sont en mesure de négocier les transactions d’une manière qui sauvegarde les intérêts financiers, juridiques et économiques de leurs pays respectifs.

Dans nos relations avec les pays étrangers, la mauvaise application des lois environnementales s’est faite à notre détriment à travers l’exploitation illégale qui épuise nos forêts, la non-réglementation et la surpêche de nos mers par d’autres pays et le braconnage des espèces protégées. Les investissements multinationaux croissants dans les plantations industrielles contribuent également à la déforestation. Sommes-nous en train d’approvisionner le reste du monde en cacao, en sucre et en thé au détriment de notre environnement ? Est-ce que l’abondance de terres, une réglementation flexible et une main-d’œuvre bon marché, que nous troquons si facilement, ne vont pas à l’encontre de notre capacité à déterminer notre propre destinée ?

L’indépendance que nous avons acquise il y a environ 50 ans nécessite une attention continue à travers les questions difficiles auxquelles nous devons nous confronter. Quel prix sommes-nous prêts à payer pour un développement accéléré ?

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *