La sécurité maritime en Afrique : un moteur économique !

En octobre dernier, le Sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la sécurité maritime s’est tenu à Lomé, en présence de 52 pays du continent. A cette occasion, l’Union africaine a adopté une charte sur la sécurité maritime, une première dans le monde ! Cette charte est en effet extrêmement visionnaire : il s’agit de rassembler différents pays africains autour d’engagements pour la lutte contre la piraterie, la pêche illégale, ou encore pour la promotion de « l’économie bleue ».

La sécurité maritime est un sujet dont le grand public parle peu, et qui est pourtant d’une importance capitale pour notre continent. Il est en effet crucial de préserver l’espace maritime, favoriser le développement durable, la bonne gestion et protection des pêches, ainsi que de lutter contre l’insécurité en mer. Il en va de la création de conditions stables pour encourager l’investissement et le tourisme, mais aussi d’une croissance économique durable pour notre continent, de la sécurité alimentaire, de l’emploi, de la lutte contre le terrorisme et de la stabilité politique des pays. En effet, les actes de piraterie, de terrorisme ou de contrebande coûtent extrêmement chers à l’Afrique et freinent considérablement les échanges économiques. Ainsi, la perte commerciale subie dans le Golfe d’Aden (baie située entre la corne de l’Afrique et la péninsule arabique) est évaluée à 25 milliards de dollars, du fait des pirates, des trafiquants, et des pêcheurs clandestins. Egalement, au premier semestre 2016, il est terrible de noter que les actes de piraterie maritime dans les eaux africaines ont représenté plus du tiers des attaques pirates perpétrées dans le monde. En effet, selon le Bureau maritime international (BMI), sur 98 actes de piraterie survenus dans le monde, 34 ont eu lieu au large des côtes du continent.

Cependant, l’Afrique dispose de 13 millions de kilomètres carrées de zones économiques maritimes et de 17% des ressources mondiales en eau douce. De quoi introduire une nouvelle donne dans le transport, les ports, la pêche industrielle, secteurs pour l’instant largement dominés par des intérêts internationaux. L’économie maritime est donc une source inépuisable de croissance pour les pays et leur population. C’est un secteur qui peut créer de nombreux emplois, ce qui rend crucial la sécurisation des échanges. Egalement, il ne faut pas oublier que sécurité maritime rime avec sécurité des territoires (l’on pense aux pays africains aux prises avec le terrorisme religieux, notamment celui de Boko Haram, des Shebbab en Somalie, et de djihadistes disséminés dans différents groupes dans le Sahel), mais aussi avec stabilité économique. Or l’Afrique reste encore très exposée, du fait d’un manque de compétences et de moyens pour sécuriser son littoral qu’il est nécessaire de pallier.

C’est la raison d’être de cette charte de Lomé : le Sommet a été un grand pas, mais beaucoup de travail reste à faire. Il ne suffit pas de signer des résolutions et de rentrer chez soi avec une conscience apaisée. Je le crois, ce Sommet a servi à éveiller les consciences en insistant sur les conséquences économiques, sécuritaires, écologiques d’un manque de protection des territoires maritimes. Gageons que ce ne sera pas le dernier, et qu’il sera suivi d’actions marquantes permettant à l’Afrique de prendre son propre destin maritime en main.

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *