La malnutrition est une hypothèque sur l’avenir de nos populations

Il y a parfois des nouvelles réjouissantes sur les progrès de notre continent. Récemment par exemple sortait un rapport du Panel Malabo-Montpellier dans le cadre du Forum pour la révolution verte en Afrique (AGRF), qui se réunissait à Abidjan. Ce rapport, intitulé « Alimentation: Comment l’Afrique peut-elle construire un futur sans faim ni malnutrition ? », annonçait que de nombreux pays africains avaient réussi à réduire drastiquement la malnutrition au cours des 15 dernières années. Mais ce que soulignent surtout les experts en sécurité alimentaire impliqués dans cette étude, c’est que ces bons résultats ont été obtenus grâce à une ferme volonté politique dans chacun des Etats concernés.

Les disparités restent importantes en fonction des pays, mais le rapport souligne que la proportion de personnes souffrant de la faim a baissé globalement de 28 à 20% en Afrique entre 1990 et 2015. Toutefois le nombre total de personnes augmente à cause de la croissance démographique qui constitue bien un démultiplicateur des problèmes de nos pays (voire articles précédents). Mais au-delà du nombre de personnes atteinte, c’est aussi une course contre la montre qui se joue dans la lutte contre la malnutrition. Chez l’enfant, les 1000 premiers jours sont déterminants pour sa croissance et chaque jour que nous laissons passer entame l’espoir d’une vie en pleine santé pour un enfant de notre continent.

Selon le rapport, « certains pays ont réalisé des progrès remarquables. Le Sénégal, le Ghana et le Rwanda, ont tous réduit le nombre de personnes souffrant de malnutrition et le nombre d’enfants souffrant de retard de croissance de plus de 50%. L’Angola, le Cameroun, l’Éthiopie et le Togo ont atteint des réductions de plus de 40% ».

Le co-président du Panel, Joachim von Braun, explique que « les gouvernements réussissent à lutter contre la malnutrition quand ils la mettent en priorité dans leur agenda et dans leurs programmes de mise en œuvre interministériels et en étroite collaboration avec les partenaires. L’investissement est nécessaire pour la prévention des crises et l’élaboration des programmes permettant de construire la résilience face aux stress climatique ».

Plusieurs initiatives sont mises en exergue par le rapport du Panel parce qu’elles ont porté leurs fruits dans des pays aussi variés que l’Angola, le Sénégal ou le Ghana. En Angola, une approche multisectorielle pour réduire la malnutrition et une coordination des actions et programmes au niveau du Ministère de l’Agriculture appuyé par le Ministère de la Santé ont largement contribué aux bons résultats de la Stratégie nationale de sécurité alimentaire et nutritionnelle. Au Sénégal, une cellule de lutte contre la malnutrition a été mise en place dès 2001, suivie par le lancement du Programme de renforcement de la nutrition en 2002. Enfin au Ghana, qui a réussi à réduire de moitié le nombre de ses habitants touchés par la faim, les autorités ont décidé d’intégrer la question nutritionnelle à tous les niveaux des politiques gouvernementales. En effet, sans coordination intersectorielle efficace mêlant politique de santé, agricole et éducative, il est vain d’espérer une amélioration des indicateurs de nutrition.

Mais la puissance publique ne peut être la solution à tous nos maux. Une plus grande implication du secteur privé local dans la lutte contre la malnutrition est essentielle. Produire des aliments de qualité accessibles au plus grand nombre, tout en créant de l’emploi au niveau local créé un cercle vertueux pour le développement d’une région ou d’un pays. Aujourd’hui, on assiste déjà à la mise en place de partenariats public-privé qui fournissent des solutions innovantes, notamment en termes de produits adaptés et de financements, se logeant dans des marchés de niche et rentable.

Il convient de rappeler que la malnutrition, ce n’est pas que la faim. En effet le fait de mal manger et de ne pas assez manger a des conséquences durables et profondes sur le développement physique, mais aussi mental des enfants, et ces conséquences seront toujours là quand ces enfants seront devenus des adultes, notamment sur le plan intellectuel. Ensuite, il y a évidemment des conséquences de la malnutrition qui relèvent de la santé publique. Cette question doit donc être prise très au sérieux par les gouvernants.

Un simple exemple. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’Afrique est aussi menacée par l’obésité. Les experts rappellent ainsi : « La consommation d’aliments peu coûteux et peu nutritifs, ainsi que la réduction de l’activité physique dans la classe moyenne, augmentent les niveaux d’obésité. La prévalence estimée de l’obésité chez les enfants devrait atteindre les 11% en 2025. »

Enfin le rapport souligne que malgré ces résultats encourageants, il reste beaucoup à faire. « Des défis significatifs doivent encore être relevés. Pour atteindre les objectifs établis dans la Déclaration de Malabo et l’Agenda 2063 de l’Union Africaine, les gouvernements doivent apprendre de leurs réussites passées et redoubler d’efforts pour s’attaquer au triple fléau de la faim, de la malnutrition et de l’obésité sur le continent », estime le co-président du Panel, le Dr Ousmane Badiane.

Le changement climatique représente bien entendu une menace particulièrement importante, mais aussi l’urbanisation qui provoque une forte pression sur les producteurs de produits alimentaires.

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *