La culture africaine face à la mondialisation

La mondialisation est un processus inéluctable qui recouvre aujourd’hui beaucoup de réalités, qu’elles soient économiques, sociales, culturelles. Partage des savoirs, échanges interculturels, généralisation d’Internet sur le continent : comment l’Afrique peut-elle réussir à intégrer cette globalisation culturelle sans perdre son âme ?

En effet, cette mondialisation de la culture est souvent présentée comme le cheval de Troie de « l’occidentalisation » de l’Afrique : ce débat a souvent lieu sur le continent. L’on peut ainsi légitimement se demander si cette inévitable mondialisation ne va pas entraîner à terme la destruction ou l’affaiblissement des cultures africaines. De nombreux exemples semblent affluer dans ce sens : je pense en particulier aux nombreux panneaux publicitaires pour de grandes marques occidentales qui fleurissent un peu partout dans les capitales africaines. Ils viennent dicter les nouveaux usages en matière de culture, d’habillement, et même de nourriture, entraînant les jeunes Africains à rêver à un eldorado étranger et à succomber à des diktats parfois inaccessibles financièrement. Ce phénomène est renforcé par Internet : si le réseau est doté de la capacité de mettre en avant certains cultures minoritaires (qui trouvent là un terrain pour s’exprimer de façon plus large), il n’en reste pas moins qu’il entraîne aussi une uniformisation des savoirs. Ceci pour une raison très simple : l’information disponible sur Internet est pour l’instant largement dominée par des contenus occidentaux.

C’est là tout le paradoxe d’Internet : s’il permet l’accès de tous à l’information, il renforce en même temps l’inégalité et l’exclusion ; s’il constitue sur le plan culturel une ouverture au monde, il homogénéise la façon de penser, les savoirs locaux, et la transmission. A mon sens, tout le risque (mais aussi toute la richesse !) de la mondialisation culturelle passera par Internet. C’est le premier levier sur lequel nous devons agir aujourd’hui.

En effet, il faut nous approprier Internet et faire en sorte que l’Afrique ne soit pas un simple spectateur passif. Faisons d’Internet un outil de développement du patrimoine culturel africain ! C’est en effet lui qui façonne l’imaginaire des générations présentes et futures, et cela n’est pas prêt de s’arrêter. Je le crois, les nouvelles technologies peuvent procurer aux jeunes Africains des manières d’accéder et de mieux comprendre leur environnement social et culturel. Internet est une chance s’il est raisonné !

L’Afrique doit donc s’intégrer dans le processus de mondialisation, non pas en le subissant, mais en imposant ses propres règles. C’est une des missions du NEPAD : permettre au continent de participer activement aux transformations de l’économie mondiale. En effet, une Afrique réellement intégrée dans le processus de mondialisation ne sera pas sans effet sur les relations internationales. Une Afrique intégrée dans ce processus ne laissera pas non plus la mondialisation avaler ses cultures. Au contraire : elle les proposera au monde et leur donnera l’occasion de les connaître. Voilà à mon sens comment il faut aujourd’hui voir la mondialisation culturelle : c’est une chance plus qu’un risque. A nous simplement de faire en sorte d’en relever le défi.

 

Published by

One thought on “La culture africaine face à la mondialisation

  1. Je ne serai pas aussi positive que l’auteur de cette contribution.
    Internet et la mondialisation abolissent les cultures existantes, pour uniformiser les expressions artistiques et autres, devenant souvent artificielles, sans lien avec un passé riche et varié.
    C’est l’inverse qui devrait se produire : la mise en avant de cultures et expressions de sociétés différentes.
    Or on tend à une uniformisation, déconnectée de toutes ces richesses, ce qui est vraiment dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *