Investir de manière stratégique dans l’éducation supérieure

Le développement démographique de l’Afrique pose d’importants problèmes d’infrastructures et d’équipements à nos États. C’est particulièrement vrai pour le domaine de l’éducation. La nature ayant horreur du vide, là où les Etats n’arrivent pas ou plus à accueillir des centaines de milliers, voire des millions d’étudiants du supérieur, des institutions non étatiques prennent le relais. Il en va ainsi des universités chrétiennes qui se multiplient ou des écoles coraniques qui concernent davantage le niveau primaire.

Pour nos États, l’éducation de la jeunesse doit bien sûr être une priorité, mais les moyens, en dépit d’une croissance économique globalement forte, manquent souvent. Pourtant, l’éducation est l’un des droits premiers de l’Homme. Le quatrième Objectif de développement durable de l’Onu prévoit d’assurer « l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ». L’augmentation du taux de scolarisation représente un succès indéniable, surtout pour les filles trop souvent exclues de l’école. Mais cela pose aussi un problème pour l’enseignement supérieur qui peine à accueillir ceux qui souhaitent poursuivre leurs études. Ils sont trop rares encore, mais les universités africaines nationales n’arrivent pas à répondre à la demande. D’où le vide que nous évoquions à l’instant.

Dans les années 50, il n’y avait que 41 institutions d’enseignement supérieur en Afrique qui regroupaient 16.500 étudiants. En 2010, 5,2 millions d’étudiants sont inscrits dans 668 universités en Afrique subsaharienne, un nombre qui a plus que doublé depuis 2000. Face à ce raz-de-marée, on comprend que les États aient du mal à maintenir à flot des institutions universitaires dignes de ce nom, capables d’accueillir dans des conditions confortables les étudiants, et de leur dispenser un enseignement varié et de qualité, adapté aussi et surtout aux futurs besoins en ressources humaines.

Car l’éducation est partie d’un tout et participe normalement du déploiement d’une stratégie de long terme de développement des pays en fixant des axes de formation. Par exemple, l’Afrique de l’Ouest aujourd’hui manque cruellement de main d’œuvre qualifiée ou d’ingénieur des mines, alors que la région connaît un boum minier sans précédent. Les compagnies minières internationales sont donc obligées de faire appel à des expatriés dans un certain nombre de domaines, et parfois dans le meilleur des cas, forment des Ouest-africains pour les remplacer. Mais l’idéal serait d’avoir des instituts de formation, des écoles des Mines, par exemple au niveau régional (CEDEAO) qui formeraient les jeunes à ces métiers aux débouchés de plus en plus nombreux.

La réalité de nos jours, c’est que des institutions privées, souvent rattachées à une obédience religieuse répondent à la place de l’État aux besoins en éducation supérieure. De l’autre côté du spectre, cette situation d’indigence universitaire pousse également certains des meilleurs éléments à partir à l’étranger, souvent en Occident mais aussi et de plus en plus dans certains pays arabes, pour étudier. Cela participe de la fuite des cerveaux et du déficit de compétences. L’exemple des médecins est sans doute le plus parlant. C’est tout aussi vrai des professeurs d’université, souvent découragés par le manque de moyens, de reconnaissance, d’investissement public et d’infrastructures adaptées pour accueillir toujours plus d’étudiants.

Les gouvernements africains ont donc laissé se développer les universités privées, majoritairement chrétiennes. Au Ghana par exemple, on dénombrait seulement deux universités privées en 1999, elles sont aujourd’hui 28. Le Nigeria a autorisé 61 institutions privées depuis 1999 dont 31 sont chrétiennes. Cette situation pose bien sûr la question du contrôle de l’État sur l’éducation supérieure, tant en terme de contenu des enseignements que d’intégration de l’éducation dans une culture républicaine traditionnelle indépendante des confessions religieuses. Sans parler de la possibilité que l’éducation soit prise en otage d’une lutte politique qui n’a rien à voir avec le pays d’implantation de l’université privée, comme ça a été le cas récemment en Afrique de l’Est[1].

En ce qui concerne l’éducation, l’Agenda 2063 de l’Union Africaine (UA) prévoit qu’au moins 70% de tous les lycéens africains aient accès à l’enseignement supérieur, ce qui représente une multiplication par huit du taux actuel d’inscription. Pour atteindre ces objectifs, nos États devront donc investir davantage dans l’éducation, en partenariat avec le privé, augmenter l’uniformisation des programmes et les contrôles des institutions privées, et définir des stratégies claires de formation en adéquation avec leurs besoins.

[1] Voir : http://www.agenceecofin.com/international/2501-44202-l-economie-et-les-reseaux-lies-a-l-imam-gulen-au-menu-de-la-tournee-du-president-turc-en-afrique-de-l-est

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *